COURS DE GUITARE  
 
retour
PETIT TOPO SUR LE FLAMENCO

» Étude et bénéfices :

- expérimenter et développer la grande diversité des techniques de jeu main droite.

- aborder un travail rythmique riche et subtile avec l’étude des "compas".

- cultiver l’oreille à des harmonies riches, puissantes et contrastées à travers les nombreux "palos" (styles), construis selon la nature de la guitare (por arriba, por medio).

- libérer "l’expression de soi" en s’attachant d’avantage à la recherche d’une emprunte sonore et à une dynamique de jeu plutôt qu’à l'exécution studieuse des notes d’une partition.

1
Extrait du Cahier d’ethnomusicologie du site :
» ethnomusicologie.org (Histoire)
» ethnomusicologie.org (Structures temporelles)
Les grandes structures des chants avec guitare
"La guitarra y su toque característico confiere a la música flamenca su particular sonido"

Quel que soit le palo, le déroulement d’un chant respecte pratiquement toujours un ordre immuable faisant se succéder les éléments suivants :
Guitare
On distinguera cinq types d’intervention.
» Sections d’introduction : de caractère mesuré ou libre selon le type métrique, elles font se succéder des figures de percussion caractéristiques du style interprété.

» Les falsetas : brefs intermèdes mélodiques faisant alterner gammes rapides (picados), arpèges et jeux de pouce, chaque falseta est une petite composition autonome qui suit les caractéristiques rythmico-harmoniques propres au toque interprété.

» Rasgueo de salida : intervention permettant de céder la place au chant.

» Accompagnement du chant proprement dit.

» Section de conclusion ou remate : termine la dernière intervention du chant.
Chant
On distinguera trois types d’intervention.
» Ayes ou temple : vocalises propres à chaque type mélodique qui permettent au chanteur de centrer sa voix et d’introduire le chant par une séquence mélismatique.

» Copla ou letra : strophe constituant le chant proprement dit, le contenu littéraire de chaque strophe est, le plus souvent, indépendant et sans relation thématique avec les autres strophes.

» Remate : dernière strophe de contenu littéraire souvent stéréotypé et de structure rythmico-harmonique caractéristique.
Organisation générale
(Les pointillés « ….. » représentent les zones de non intervention du chanteur)
2
Palos, Origines et développement
Les palos sont le fruit d’une longue évolution faite de rencontres ; une histoire de familles, de cultures et de territoires. Je vous invites vivement à consulter l'histoire du flamenco proposée par flamencoexport.com
Carta Espagna
Palos
Palos del Flamenco
3
Torombo, Sobre las palmas
Torombo Compas
Palmas
Les palmas mettent en relief les différentes parties des palos, notamment en marquant les appuis structurants caractéristiques par des accents.
On distingue deux types de palmas :
- les palmas sordas (sourdes)
- les palmas claras ou secas (claires ou sèches)

Compas
Mise à plat / Observations :
- on observe une structure de référence (3/4, 6/8) (marquée par les accents) commune à tous les compas qui, par « déphasage » (décalage), différeront les uns des autres.

Comptage :

Soleá y Bulerías :
Pour des raisons euphoniques, les temps XI et XII (once doce) sont dits «  un, dos  » :
un dos tres cuatro cinco seis siete ocho nueve diez un dos

Mais encore... on débute le jeu de Soleá et de Buléria sur le temps XII, car c’est un temps fort et il nous servira d’appui. Un départ se comptera donc comme suit :
dos un dos tres cuatro cinco seis ...

Seguiriya :
Bien qu’elle se construise sur 12 pulsations, la Seguiriya se compte « 1 y 2 y … » voir ci-dessous
Voici 3 motifs de compas en 12 temps avec leurs accentuations caractéristiques :

Compas
Voici des jeux de palmas développés sur différents palos avec leur styles métriques respectifs (12, 6, 8 et 4 temps.) :
Compas 6 tps
Ci-dessous, un exemple de notations pour guitare (les parallèles entre flamenco et musique indienne sont perceptibles… notamment dans le maniérisme de la danse -baile- ainsi que la diction des rythmes par onomatopée (tin, tin, trran, ti ki trran ...) comme ici :

por Tango
4
El maestro de la guitarra, Paco de Lucia :
Paco de Lucia
» Taranta
» Rumba
» Solea
» Buleria
5
Escuchar !
Tonás
Au commencement était le Cante, seul, sans guitare, à palo seco. Parmi les Tonás on trouve différents palos (Toná, Martinete, Debla, Carcelera). C’est, dit-on, l’origine, le flamenco dans son expression la plus profonde et la plus ancienne avant que la guitare ne vienne servir le cante de ses riches harmonies. La Toná se pratique dans les zones de Cadiz, Jerez de la Frontera et Triana. Je place également dans ces écoutes la Saeta, qui se chante à capella (elle proviendrait de l’appel à la prière musulman ou de la psalmodie judaïque). Aujourd’hui, la Saeta est une ode à la Vierge, au Saint ou au Christ. Exemples :
» José Menese (Toná)
» Camarón de la Isla
» Dolores Agujetas (Martinete)
» Manuel Agujetas (Martinete)
» Rito y Geografía del Cante Flamenco (Tonás)
» Rito y Geografía del Cante Flamenco (Saeta)
» Arcangel (Saeta)
» Manolo Caracol (Saeta)

Seguiriya
Elle appartient à la branche du chant gitan et fait partie des chants de base regoupés sous le terme de «cante jondo». Il s'agit d'un chant tragique, fort, sombre et désolant, interprété de forme posée et lente. Un des "palos" flamencos les plus anciens et des plus importants. Les paroles de ses chansons sont tragiques et reflètent la souffrance des relations humaines, l'amour et la mort. C'est un chant libre dont la structure rythmique est de douze temps (que l’on compte en 5). Dans sa forme traditionnelle, la Seguiriya se chante accompagnée par un guitariste, mais on connait des versions a cappella sous sa forme primitive qui dérive des chant à palo seco (voix seule). Elle ne se danse pas. Les seguiriyas de Triana sont les plus anciennes, suivent celles de Los Puertos, de Cadix et de Jerez. Ses répertoires se développent à partir de la fin du XVIIIeme siècle jusqu'aux années 1940. Elle se joue « por medio » (corde 5 - LA ). Exemples :
» Dolores La Agujetas y Dieguito de La Agujeta
» José Mercé y Moraito Chico
» Enrique Morente y Rafael Riqueni
» Juan Villar y Niño Jero
» Moraito Chico

Soleá
"La Soleá est (elle aussi) un des palos de chant, de guitare, de rythme et de danse les plus important du flamenco. Elle fait partie des cante jondo (Chants profonds). On retrouve le compás de la Soleá dans d'autres styles comme la Bulerías et l'Alegrías (qui en sont des dérivés)."Soleá" est une contraction de "soledad" (solitude). Elle se caractérise par un rythme lent et élastique, et par des textes de chant souvent dramatiques." La Soleá est construite sur une structure rythmique de douze temps et se joue « por arriba » (corde 6 - Mi ). La "Soleá por Bulería" se joue "por medio" (Corde 5 comme la Bulería). Exemples :
» Dolores Agujetas y Parrilla de Jerez
» Manuel Agujetas y Manolo Sanlucar
» Jose Merce y Moraito Chico
» La Macanita
» La Macanita y Manuel Valencia
» Luis "El Zambo" y Diego Amaya
» Juan Villar y Niño Jero
» Manolo Sanlúcar
» Manuel Agujeta
» Juan Moneo el Torta y Moraito Chico
» Fernanda de Utrera
» Cante gitano en Cataluña. Año 1973

Bulería
Elle appartiennent à la branche de chant gitan. Elle est née avec l'accélération du compás de la Soleá et apparait vers le milieu du XIXe siècle. À quelques nuances prêts, le compas de la bulería est identique à celui de la Soleá. La Buleria est de tempo vif. Elle se joue « por medio » (corde 5 - LA ). Exemples :
» Nano de Jerez y Antonio Higuero
» Turronero, Camaron y Paco Cepero
» Camaron y Tomatito
» La Macanita
» El Torta y Niño Jero
» Niño Miguel
» Moraito Chico

Alegría
L'Alegría est de tempo moyen à rapide. Elle utilise un style métrique de 12 temps. L'Alegria est un chant enjoué et festif, elle fait partie du groupe des Cantiñas (chants de Cadix par excellence). On la joue "por arriba al 3" (Sol corde 6) ou "por médio al 3" (Do corde 5). Exemples :
» Romerito de Jerez y El poeta
» José Merce y Moraito Chico
» Fosforito y Juan Habichuela
» Aurora Vargas y Diego Amaya

Tiento
Le Tiento est de tempo lent. Il se joue « por medio » (corde 5 - LA ). Exemples :
» Miguel Poveda y Chicuelo
» La Perla de Cádiz

Fandango
Le Fandango est de tempo modéré à vif. Il se joue « por medio » (corde 5 - LA ). Exemples :
» Paco Toronjo
» La Paquera de Jerez y Parrilla de Jerez
» Manuel Soto El Sordera y Paco Cepero
» Manuel Agujetas y Antonio Soto
» Manuel Agujetas
» Dolores Agujetas

 
 
 
6
Filmographie
Dominique Abel
Dominique Abel est une cinéaste et écrivaine française, installée en Espagne depuis plus de vingt ans. Elle a également été danseuse, mannequin, modèle et actrice. Elle a notamment réalisé un magnifique documentaire sur Manuel Agujetas, maitre du cante Jundo, accompagné de Moraíto à la guitare et "Poligono Sur" sur le monde Gitan de Séville.
» Fiche Wikipédia
MAnuel Agujetas
Agujetas Cantaor
Dominique Abel
1998

» Extrait 1
» Extrait 2

Poligono Sur
Poligono Sur
Dominique Abel
2003
» Allociné

Carlos Saura
Carlos Saura Atarés est un cinéaste espagnol majeur. Il a réalisé de nombreux films cultes sur la scène internationale (Cría cuervos ; Carmen ; Flamenco ; Los Zancos ; Flamenco, Flamenco…).
Dans ‘Flamenco’, il met en scène pléiade de figures emblématiques du flamenco.
(Juan Carlos Romero ; Josemi ; Niña Pastori ; Tomatito ; Miguel Poveda ; Eva Yerbabuena ; Farruquito ; Paco de Lucía ; Moraíto Chico ; Luis el Zambo ; Jesús Méndez ; Peña Tío José de Paula ; María Ángeles Fernández ; Carlos de Pepa ; Sara Baras ; Montse Cortés ; Diego del Morao ; Diego Amador ; David Dorantes ; Rocio Molina ; Maria Bala ; Pepe de la Vega ; José Mercé ; El Carpeta ; Israel Galván ; Arcángel ; Rafael Estévez ; Nani Paños ; Manolo Sanlúcar ; Estrella Morente ; Javier Latorre...)
» Fiche Wikipédia
Carlos Saura
Flamenco
Carlos Saura
1995

» Extrait 1
» Extrait 2
» Extrait 3

Cría cuervos
Cría cuervos
Carlos Saura
1975
» Extrait 1

Francisco Rovira-Beleta
Francisco Rovira-Beleta est un cinéaste espagnol. Son plus grand succès a lieu en 1962 avec Los Tarantos, tourné à Barcelone avec les meilleurs danseurs de flamenco du moment, comme Antonio Gades, Carmen Amaya, Sara Lezama ou Peret.
» Fiche
Tarantos
Los Tarantos
Francisco Rovira-Beleta
1963
» Extrait 1

7
PAGE EN DÉVELOPPEMENT, SUITE À VENIR...

Du côté de l'histoire...

S’il est vrai que le manque d’informations écrites jusque dans les années 1900, que les malentendus, les querelles et les polémiques jalonnant l’histoire du flamenco compliquent considérablement la recherche de l’historien… tout n’est pas perdu ! Je ne saurais que trop vous recommander de vous intéresser à l’oeuvre de Rafael Andia qui, s’employant à tisser des liens entre la culture musicale ibérique depuis l’époque baroque et les techniques guitaristiques, nous renseigne profondément et parfaitement sur l’esprit, le sens et l’essence du flamenco. Voici un lien vers son site web » www.rafaelandia.com

Vous pouvez également lire à ce sujet : "Libertés et déterminismes de la guitare" :
Rafael Andia
Chorrojumo
Grenade XIXe siècle
Voici d'autres pistes de recherche :
» flamencoexport.com
» ethnomusicologie.org

Chorrojumo
Grenade XIXe siècle
Flamenco...
Une définition libre et sentimentale :


On pourrait l’envisager comme ...
un emblème, une ferveur nationale, une histoire de coeur, de familles, d'espaces géographiques, de rencontres, d'enracinement, de lieux et de figures emblématiques au service d’un bien collectif.

Avant qu’il ne s’exporte et ne face spectacle sur la scène internationale (à partir des années 70), le flamenco se manifeste comme une tradition familiale et spontanée, une histoire d’hommes, de femmes et d’enfants réunis autour d'un bien commun pour le célébrer. Chacun y va de sa personne, s'y essaye ou exhorte celui ou celle qui s’exécute dans l’art du cante, du toque ou du baile. (voir les enregistrements d’époque).

Dans sa forme primitive, le flamenco est l’exercice du cante (Cante Jondo) qui se pratique comme une performance déclamatoire à l’expressivité puissante et démonstrative. Son matériau musical c'est la singularité de sa langue latine .

Navidad flamenca
Le Toque...

Dans la conception « classique » de la musique occidentale, on conçoit aisément la transposition d’une partition, d’un instrument à un autre (ainsi, la guitare classique dispose non seulement d’un riche répertoire romantique mais également de nombreuses transpositions à l’origine écrites pour les luth, flute, violon, clavecin…). Ici, le travail d'écriture et de composition prime sur la matière sonore et la singularité de l’instrument.

C’est précisément ce qui diffère avec la guitare espagnole... le toque, c’est une emprunte sonore, l’art d’exprimer la singularité de la guitare. Le flamenco est une musique « matérialiste » (au sens premier du terme), il est enraciné dans la vie, dans sa matière. Il s'attache à l'expérience sensorielle, à l'expression spontanée des sentiments. Ça n'est pas un travail d'écriture.

La manière même d’aborder la guitare (ou le cante) met sur un piédestal la « sensation », l’expérience corporelle et la matérialité du son, sa qualité projective, sa dynamique, sa résonance, …

Le flamenco est un cheval sauvage, ardent, impétueux. L’animal est rustique, il vit aux origines du monde, il ne s’écrit pas, il se vit. Composer pour lui revient à le mettre cage. Le palo c’est la nature du paysage dans lequel il évolue. Le compàs, c’est son coeur, passionné, tenace et volontaire, animé d’un battement farouche, irrégulier, tel le son des sabots du cheval ruant retentissant contre le sol.

Le flamenco est comme un art martial, il en ressort un véritable travail d’expression de soi, d’écoute, d’affirmation et d’équilibre corporel.

Cantaor
Voici une définition proposée par la Cité de la musique Philarmonique de Paris :

« Le flamenco est une expression artistique populaire de tradition orale articulée autour de trois pôles : le chant, la danse et la guitare. C’est une musique très codifiée qui s’exerce à travers toute une gamme de types de chants ou de danses que l’on appelle palos. Les palos sont des modalités ou structures musicales que l’on distingue par leur cycles rythmiques, les thèmes abordés dans leurs paroles, la provenance géographique ou la singularité de l’interprétation. Le flamenco possèderait plus d’une centaine de palos ou de variantes de palos. »

Antonio de Torres
La guitarra flamenca
(d'après Wikipédia) :

De même forme qu'une guitare classique mais plus fine et plus légère (environ 8 cm. au lieu de 11 ou 12 pour une classique). La flamenca est dédiée à la production d’un son vif, percussif et brillant (avec moins de basses et de sustain qu'une classique). Une hauteur de cordes plus faible la rend propice à un jeu rapide.

La flamenca « blanca » c’est la traditionnelle, avec une caisse en cyprès et une table en épicéa (bois clair). Aux premières heures, les instruments étaient fabriqués avec le bois le moins coûteux et le plus facile à trouver (le cyprès d'Espagne). Par la suite, différentes essences ont fait leur apparition, notamment pour pallier le prix du cyprès devenu élevé.

La flamenca « negra » a des éclisses et un dos en palissandre (marron foncé). Elle est notamment devenue populaire avec Paco de Lucía. La flamenca negra est moins sèche et percussive qu’une « blanca ». Elle offrira un son croustillant et plus précis, une résonance plus soutenue et une richesse en harmoniques.

Tecnicas por toque la guitarra
Antonio de Torres
Luthiers célèbres :

Antonio de Torres, Fleta, Castellucia.Paris, Marcelino López Nieto, Jesús Bellido, Paulino Bernabe, Valeriano Bernal, Juan Miguel Carmona, Vicente Carrillo, Francisco Montero Aguilera, Hermanos Conde, Juan Montero Aguilera, Pedro de Miguel, Manuel Reyes, José Manuel Fernández, Manuel Rodriguez Jr, José Romero, José López Bellido, Liberto Planas, Manuel López Bellido,Lester Devoe, parmi de nombreux autres.

Premières références :
(Source flamencoexport.com)

« Les modulations et les mélismes qui définissent le genre "flamenco" peuvent provenir de chants monocordes islamiques; d'autres attribuent cette création au peuple gitan, provenant d'Inde d'après plusieurs sources. Les premiers arrivés en Espagne, selon certains documents de l'an 1425 quand le roi Jean II d'Aragon concède un permis de passage à Jean et Thomas, alors appelés Comtes d'Egypte Mineure. Et c'est précisemment de ce nom "Egipto Menor" que proviendrait le mot "Gitano". L'arrivée en Andalousie est datée du 22 novembre 1465. Le premier document écrit qui décrit tant une gitane et un gitan en train de danser est attribué à MIguel de Cervantes, dans son oeuvre "La Gitanilla" de 1613. On ne peut pas laisser de côté la culture qui existait à l'arrivée des Gitans, les psalmodies de la culture juive, les chants musulmans, les chansons populaires mozarabes. On pense que le premier "palo" fut "la tona", ce chant n'était ni accompagné de guitare, ni de danse, dans les zones de Cadiz, Jerez de la Frontera et Triana. »

Palos, compás, toque …
en résumé :

(Source flamencoexport.com)

« Chant et guitare flamenca respectent des cadres formels relativement stricts malgré une grande liberté apparente. La classification traditionnelle oppose la catégorie des chants a capella (a palo seco) et celle des chants accompagnés à la guitare qui comprend les chants a compás (mesuré) et libres (non mesuré). Le caractère mesuré ou non mesuré se réfère à l’accompagnement de guitare, la plupart des chants flamencos étant non mesurés. Les chants accompagnés à la guitare sont regroupés en classes guitaristiques (palos) définies par le type de jeu de la guitare (toque). […] L’absence de pulsation et la non pertinence des rapports de durées rigoureux conduisent au choix d’un système d’écriture inspiré du grégorien. Toutes les versions d’un même chant ont en commun une série de cellules mélodiques qui se succèdent toujours dans le même ordre, séparées par des zones libres propres à chaque chanteur. »

Les compás peuvent être classés en deux grandes catégories :
- les compás 2/4, 4/4 (Tangos, Farruca…) ;
- les compás 3/4, 6/8 (Soleares, Siguiriyas, Bulerias…).

xxx
xxx
Otra forma de representar
el Compás :

Otra forma de representar la Compás
Outils
Méthodes conseillées
Claude Worms
Solo Compas
metronome
la meilleure façon d'apprendre
Flamenco
» EthnoMusicologie (Étude)
» Matemolivares (Étude)
» FlamencoExport (tout sur le flamenco)
» SonyTempleFlamenco (Histoire)
» Flamenco Events (Histoire)
» ManuelGranados (Site Officiel)
» PieFlamenco (Publications)
» FlamencoPolis (Compás Audio)
» RequiemAmbRia (Illustrations)
» Compas-flamenco (Métronome)
» Flamenco (Wikipédia)
» Compas-flamenco (Métronome)


 
Baile
 
 
 
 
 
     
     
  Informations relatives aux « droits d’auteurs » : Les illustrations visibles sur cette page ainsi qu’une grande partie des textes, sont empruntés à la méthode de Thierry Tisserand « Je deviens guitariste Volume 1 » et aux Éditions Henry Lemoine qui en ont la propriété. Ces emprunts sont destinés, d’une part, à témoigner de la valeur pédagogique et de la grande qualité de cette méthode, sur laquelle je propose de travailler et, d’autre part, à illustrer mes propos et donner un avant goût du cadre de travail.

 
     
 
Plan du site Moi sur le web Liens amis
- Accueil

- Outils (méthodes, partitions ...)

- La guitare pour les petits

- Sur la (les) Guitare(s)

- Sur le flamenco

- Sur la guitare d'Amérique Latine

- Sur la musique ancienne

- Sur la technique instrumentale

- Sur la théorie de la musique

Pinterest Graphiste, maquettiste,
web designer


Pinterest Sur Pinterest
   
Coordonnées
Johann Leclercq
tél. 06 28 04 19 21
Johann78@gmail.com
21 rue Victor Hugo,
66700 Argelès sur Mer
Jean-Pierre Grau,
Sur "Les Chemins de la virtuosité"


Hervé Lahoun (Toulouse)
le TOP des luthiers de guitares !


Yali flamenco

Vincent Dumestre
et le Poème Harmonique,


Wolfgang Früh (Paris)
Luthier d'instruments anciens


La Société Francaise de Luth

Clostridium, lutherie
> fabrication d'une guitare romantique